Contact us

My Cart
0,00
Blog

Cosmétique conventionnelle versus Fait maison, le match !

Je souhaite aujourd’hui vous aider à faire un choix éclairé sur les cosmétiques que vous utilisez quotidiennement. Faut-il privilégier les produits de beauté DIY ? Les crèmes du commerce sont-elles plus fiables ? Je vous propose de réaliser un comparatif de ces soins en partant d’informations concrètes, et surtout vérifiables : leurs ingrédients !

Premier round : les cosmétiques conventionnels

Les produits cosmétiques vendus en parfumerie ou en parapharmacie ont souvent la réputation d’être efficaces. Leur conception “professionnelle” rassure. Surtout lorsque les fabricants brandissent les arguments de la science pour démontrer leurs effets. Il faut dire que les marques dépensent beaucoup d’argent et d’énergie en marketing pour faire passer leur message. Mais qu’en est-il réellement ? Regardons les étiquettes !

Eau : en grande quantité, jusqu’à 80% voire plus !

C’est le 1er ingrédient cité, et donc celui qui se trouve en plus forte proportion dans les cosmétiques du commerce. Vous me répondrez : l’eau, ça ne peut pas faire de mal, et ça hydrate. Oui. Et cela sert aussi à utiliser le moins possible d’actifs plus coûteux. Une crème au format 50 ml contient jusqu’à 35 ml d’eau ! Et pourtant, nombre de fabricants n’hésitent pas à vendre leurs produits 15, 20, 30 €, voire plus.

Huiles minérales ou hydrogénées

Selon l’Anses, “les huiles minérales sont des mélanges complexes issus du pétrole brut constitués d’hydrocarbures saturés d’huile minérale (MOSH) et d’hydrocarbures aromatiques d’huile minérale (MOAH)”. En 2017, l’agence a émis des recommandations visant à réduire la contamination des denrées alimentaires par ces huiles minérales. Autant vous dire que leur présence sur notre peau s’avère tout aussi problématique…

Quant aux huiles hydrogénées, il s’agit d’huiles de piètre qualité, utilisées essentiellement pour faire du “remplissage”. Si elles ne sont pas à proprement parler dangereuses pour notre peau (du moins en l’état actuel de nos connaissances), elles ne lui apportent aucun bienfait. Mais elles sont bon marché et permettent de stabiliser et de conserver les émulsions.

Silicones

Les silicones sont présents dans la plupart des produits de beauté conventionnels en raison de leur grande polyvalence. Ces polymères synthétiques ont l’avantage d’apporter du velouté aux textures. Vous aurez sans doute remarqué qu’en appliquant des crèmes formulées avec du silicone sur votre visage, votre peau devient instantanément douce et lisse. Preuve de ses bienfaits ? Pas vraiment ! Car les silicones agissent comme une couche “plastifiante” sur notre peau et nos cheveux. Ils forment un film ayant pour effet d’obstruer les pores et d’empêcher la peau de respirer. À éviter, donc !

Tensio-actif/émulsifiant de synthèse :

Les tensioactifs, et  émulsifiants, sont non seulement utilisés dans nos produits de cosmétique et d’hygiène, mais aussi dans les détergents, liquides vaisselle, lessives… Leurs effets sont variables en fonction de leur structure. Certains sont moussants, d’autres détergents, mouillants, conditionnants, ou stabilisants. Tous ces agents ne sont pas mauvais pour la peau. Certains sont très doux et bien tolérés, comme les glucosides et les glutamates, mais se trouvent en général en petite quantité car ils sont aussi chers. Malheureusement, les produits d’hygiène bon marché sont souvent formulés à base de tensioactifs cationiques ou anioniques… les plus irritants pour la peau !

Actifs : quelques % seulement !

Oui, vous avez bien lu. La plupart des cosmétiques du commerce ne contiennent guère plus de 5 % d’actifs. Qui suffisent aux grandes marques à qualifier leurs produits de “naturels”… et super actifs ! Vous voyez le problème ?

Conservateurs : obligatoires dans les produits contenant de l’eau !

Les conservateurs vous permettent d’utiliser votre crème ou votre sérum durant plusieurs mois. Là encore, ce n’est pas tant la présence de conservateur que la qualité de ce dernier qui est mise en cause. Si les parabènes à longue chaîne (isobutyl, isopropyl, benzyl, pentyl, phenylparaben) sont interdits depuis 2014, d’autres parabènes sont encore utilisés. Ils sont pourtant suspectés d’agir comme des perturbateurs endocriniens. Des conservateurs tels que le formaldéhyde pourraient s’avérer cancérigènes et allergènes. Les MIT et MCIT sont connus pour leur effet allergisant et irritant…

Ce premier round vous a mis KO ? Rassurez-vous, les cosmétiques maison s’apprêtent à vous apporter une bonne dose de réconfort. Votre peau en a bien besoin !

Second round : les cosmétiques fait maison

A moins que vous ne disposiez d’une usine pétrochimique et d’un laboratoire ultraperfectionné, il y a de fortes chances pour que vos produits de beauté DIY soient à 100 % naturels,  avec une forte concentration en d’ingrédients bio d’origine végétale. Les émulsions Florisis avoisinent quant à elles les 100 % d’ingrédients végétaux. Ce qui représente une réelle performance… et un coût.

Eaux florales : jusqu’à 80 %, voire plus

On remplace l’eau par de l’eau florale comme base de mélange pour vos autres ingrédients. Non seulement ces hydrolats sont 100 % végétaux, mais ils vous font profiter de bienfaits tantôt hydratants, tantôt équilibrants ou encore apaisants. Par leurs propriétés, les hydrolats complètent efficacement l’action des huiles végétales.

Huiles végétales : de quelques % à 100% !

Exit les huiles minérales, hydrogénées ou esthérisées. Ici, nous parlons d’huiles végétales pures et bio, et donc infiniment plus efficaces. Elles sont absorbées en profondeur par l’épiderme, et vous font profiter de leurs vertus nourrissantes, hydratantes, anti-âge ou encore régulatrices.

Émulsifiant d’origine végétale : quelques %

Il s’agit le plus souvent d’esters gras, d’alcool gras d’origine végétale qui permet de stabiliser et maintenir l’émulsion dans sa texture d’origine.

Gélifiants naturels

À base d’algues ou de graines, ils gélifient, épaississent, stabilisent la préparation.

Glycérine

Emolliente,  hydratante, elle donne également de l’onctuosité à votre crème. Contrairement à la glycérine synthétique, issue de dérivés du pétrole, la glycérine végétale a un impact écologique négligeable.

Huiles Essentielles : 0,05 à quelques %

Quelques gouttes d’huiles essentielles permettent de compléter et renforcer l’efficacité des huiles végétales et de l’eau florale. Elles sont à utiliser avec précautions, et toujours dans les dosages recommandés.

Outre les huiles essentielles, vous pouvez également enrichir votre émulsion en acide hyaluronique, en propolis ou encore en protéines de soie s’il s’agit d’un shampoing démêlant.

Conservateur : 0,6 à 1 %

Il existe de nombreux conservateurs ou antioxydants naturels qui vous permettront de profiter de votre produit de beauté DIY pendant 6 mois ou plus. Certaines huiles essentielles peuvent jouer ce rôle, ainsi que l’acide salicylique végétal, la vitamine E, ou encore l’extrait de pépins de pamplemousse.

Alors à votre avis, qui sort gagnant de ce match cosmétiques conventionnels contre cosmétiques faits maison ?